3,6 millions d’euros pour renforcer la sécurité au Burkina et en Côte d’Ivoire

Les populations des zones frontalières de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso vont bénéficier d’un projet de 3,6 millions d’euros, financé par l’ONU, afin de « renforcer la gouvernance » dans ces régions menacées par les jihadistes et y « réduire la vulnérabilité » des habitants.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com

TAGS