A cause du coronavirus, les enfants moins vaccinés

Le nouveau coronavirus, qui a poussé des milliards de personnes au confinement, empêche la vaccination de nombreux enfants, les conséquences s’annonçant particulièrement graves pour les plus pauvres d’entre eux, qui vivent dans des pays en conflit ou affectés par des catastrophes naturelles, a averti l’Unicef, jeudi 26 mars.

Campagne de vaccination contre la polio en Afghanistan (Photo : Xinhua/Archives)

“La distanciation physique conduit les parents à prendre la décision difficile de reporter les vaccinations de routine”, dans un contexte de “rareté” des produits médicaux du fait de chaînes d’approvisionnement sous tension et des “perturbations dans les transports”, a déclaré Henrietta Fore, la directrice de l’Unicef, dans un communiqué.

Rougeole, choléra, polio

“Les enfants des familles les plus pauvres des pays touchés par les conflits et les catastrophes naturelles sont les plus exposés”, a-t-elle observé, se disant “particulièrement préoccupée” par l’Afghanistan, la République démocratique du Congo, la Somalie, les Philippines, la Syrie ou le Sud-Soudan, “qui luttent contre des épidémies de rougeole, de choléra ou de polio tout en répondant aux cas de Covid-19”.

“Dans un moment comme celui-ci, ces Etats peuvent difficilement se permettre de faire face à de nouvelles épidémies de maladies évitables par la vaccination”, a relevé Henrietta Fore, appelant “tous les gouvernements à commencer dès maintenant une planification rigoureuse afin d’intensifier les activités de vaccination une fois la pandémie de Covid-19 maîtrisée”.

L’Afghanistan est l’un des trois pays, avec le Pakistan et le Nigeria, où la polio reste endémique.

TAGS