Amnesty dénonce l’impunité des chefs de guerre en Centrafrique

Amnesty International a dénoncé jeudi 22 octobre l’impunité des chefs des milices qui contrôlent les deux tiers de la Centrafrique et ne sont pas déférés devant la justice malgré “l’ampleur des violations des droits humains” dans ce pays ravagé par sept années de guerre civile.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS