Amnistie générale pour rebelles et opposants au Tchad

La junte militaire au pouvoir au Tchad a décrété lundi 29 novembre une “amnistie générale” pour les rebelles et opposants condamnés notamment pour “délits d’opinion”, “terrorisme” ou “atteinte à l’intégrité de l’Etat”, selon un compte-rendu du Conseil des ministres.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS