33 soldats maliens tués dans une embuscade jihadiste

Trente-trois soldats maliens ont été tués et 14 autres blessés lundi 15 mars dans le nord-est, près des frontières du Burkina Faso et du Niger, dans l’attaque la plus meurtrière attribuée à des jihadistes contre les forces maliennes cette année, selon un bilan de l’armée.

L’attaque a été menée en milieu de journée contre la relève du poste de Tessit, au sud-ouest d’Ansongo. L’embuscade a été tendue par une centaine d’hommes à bord de pick-ups et sur des motos, selon un récit fait par l’armée.

Un élu local a évoqué sous le sceau de l’anonymat 34 soldats tués.

Vingt jihadistes ont été retrouvés morts sur le terrain, a dit l’état-major.

L’opération a été revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique.

“Depuis un an, le contrôle de la zone de Tessit change de mains en fonction des affrontements que se livrent l’EIGS (l’Etat islamique au Grand Sahara) et le JNIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, affiliée à Al-Qaïda). Le JNIM s’est récemment retiré du sud de Tessit, laissant le champ libre à l’EIGS”, explique Matthieu Pellerin, chercheur au centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

(AFP)

TAGS