Banque mondiale : Des dirigeants mis en cause pour n’avoir pas assez agi face au harcèlement sexuel

Les dirigeants de la Banque mondiale n’ont pas suffisamment protégé des employées de l’institution et des consultantes contre des faits de harcèlement sexuel de la part d’un responsable, devenu ensuite ministre au Costa Rica, selon les conclusions du tribunal interne de l’institution.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS