Burkina : 24 civils tués dans le nord en une semaine

Vingt-quatre civils ont été tués en une semaine dans des attaques survenues dans plusieurs localités du nord du Burkina Faso, région en proie à des attaques jihadistes.

“Six personnes ont été tuées par des individus armés dans la nuit de samedi (21 septembre) à dimanche (22) à Pisselé, non loin de Bourzanga”, a indiqué une source sécuritaire.
Bourzanga se trouve à une cinquantaine de kilomètres au sud de Djibo, épicentre des attaques jihadistes au Burkina.

“Trois (autres) personnes ont été abattues par des assaillants dans le village de Bool-Kiiba”, a rapporté un élu local.

Samedi 28 septembre, huit personnes ont été tuées par “des individus armés” lors d’une attaque à Komsilga, un village de la commune de Zimtanga, à une vingtaine de kilomètres de Kongoussi.

Les assaillants, une “vingtaine d’hommes (venus) à bord de motocyclettes”, “ont également incendié des boutiques ainsi que des engins à deux roues”, ont précisé des sources sécuritaires.

Le soir même, huit autres personnes ont été abattues: sept civils dans le village de Déneon, toujours dans la commune de Zimtanga, et un militaire, à Déou.

TAGS