Burkina : Adoption d’un nouveau code pénal dénoncé comme liberticide

L’Assemblée nationale du Burkina Faso a adopté vendredi 21 juin un nouveau code pénal prévoyant des peines allant jusqu’à 10 ans de prison pour la diffusion d’informations sur les opérations militaires, dénoncé par des journalistes et des ONG comme liberticide.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com