Burkina : 35 civils, 7 militaires et 80 jihadistes tués dans une attaque

Trente-cinq civils, dont 31 femmes, 7 militaires et 80 “terroristes” ont été tués mardi 24 décembre dans une attaque jihadiste à Arbinda, dans le nord du Burkina Faso, une des plus meurtrières de l’histoire du pays, qui a décrété 48 heures de deuil national.

(Photo : US Army)

C’est le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré qui a annoncé le macabre bilan de cette “attaque barbare”.

“Un nombre important de terroristes ont attaqué simultanément le détachement militaire et les populations civiles d’Arbinda”, dans la province du Soum, selon l’état-major des armées. L’attaque, d’une “rare intensité”, a duré “plusieurs heures”.

“Dans leur fuite, les terroristes ont lâchement assassiné 35 civils, dont 31 femmes, et blessé six personnes”, a précisé dans un communiqué le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou.

Une “vingtaine” de soldats ont aussi été blessés, selon le ministre.

“Une centaine de motos, de l’armement et des munitions en grande quantité ont également été récupérés”, selon l’état-major. (Agences)

TAGS