Burkina : Rassemblement à Ouagadougou contre la présence française

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées samedi à Ouagadougou pour protester contre la présence de la France au Burkina Faso, appelant à une grande mobilisation le 12 août.

Les protestataires ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: « France, parrain du terrorisme, dégage », « Tous ensemble pour la libération du Burkina Faso », « France impériale, tyran, sangsue, dégage », ou encore « non aux accords de coopération avec la France ».

« Nous dénonçons les accords de partenariat économique, l’installation des détachements et des bases militaires sur le continent » et « exigeons le départ de la base militaire de Kamboissin (nord-ouest de Ouagadougou), la fin de la convention d’assistance technique et des accords de coopération avec la France », a déclaré Monique Yeli Kam, présidente d’une nouvelle coalition d’organisations rassemblées au sein du M30 Naaba Wobgo, du nom d’un ancien empereur mossi qui s’était opposé à la France au XIXe siècle.

La France « alimente des guerres et des génocides »

La France « s’agrippe de façon misérable à son ancien empire colonial africain dont elle pille, exploite à souhait les ressources, allume des foyers de terrorisme et alimente des guerres et des génocides », a-t-elle ajouté.

« Nous sommes une nouvelle génération et nous avons pris conscience de notre histoire et sommes déterminés à nous assumer et mériter notre indépendance à travers plus de liberté et de vérité », a de son côté affirmé Sayouba Kindo, membre du M30.

Ce mouvement a lancé un appel à des manifestations nationales le 12 août pour exiger « la fin de la politique française sous toutes ses formes et le départ de l’ambassadeur de France ».

La France, ex-puissance coloniale au Burkina (ex-Haute Volta), dispose d’une base militaire à Ouagadougou et son aviation intervient régulièrement depuis le Niger voisin en soutien à des opérations de l’armée burkinabè contre les jihadistes.

(AFP)

TAGS