Burkina : “Risque d’effondrement” du nord menacé par les jihadistes

L’union pour le progrès et le changement (UPC), le principal parti d’opposition au Burkina Faso, a alerté sur un “risque d’effondrement” du nord du pays menacé par des groupes jihadistes.

“La région du Sahel, épicentre de la crise sécuritaire et humanitaire, est en train de s’effondrer sans que le gouvernement n’y apporte une solution”, a déclaré le vice-président de l’UPC, Amadou Diemdioda Dicko, lors d’une conférence de presse, jeudi 23 avril.

“Depuis un mois, Djibo (chef-lieu de la province du Soum, à 200 km au nord de Ouagadougou), ville-martyr, est coupée du reste du pays. Tout commence à manquer: denrées alimentaires, produits pharmaceutiques, eau, gaz, carburant, etc. Les rares produits disponibles sont vendus à des prix exorbitants”, a-t-il affirmé.

“La province du Soum vit des heures sombres. Les tueries sont quasi-quotidiennes”. “L’administration est absente de la province et la population est prise en tenaille entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les mouvements terroristes. Les groupes terroristes rackettent les populations, leur imposent des impôts et pillent leur bétail”, a-t-il ajouté.

“Occupation terroriste”

(La région de) “Djibo enregistre environ 150.000 déplacés internes, et Arbinda compte plus de 60.000 déplacés. Sur les neuf communes que compte la province du Soum, sept se sont vidées de leurs populations et sont sous occupation terroriste”, a-t-il poursuivi.

“Ces deux communes (Djibo et Arbinda) vivotent sous verrou: pas d’entrée, pas de sortie”, a soutenu le maire d’Oursi, Mohamed Ag Wananour, une commune rurale située dans la province voisine de l’Oudalan.

Human Rights Watch (HRW) a accusé lundi les forces de sécurité burkinabè d’être elles aussi responsables d’exactions dans la région, notamment à Djibo.

Mercredi, le porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou a assuré qu’un convoi avait ravitaillé Djibo, sous escorte militaire.

TAGS