Ces armes “non-létales” qui mutilent et tuent les manifestants

De Beyrouth à Bagdad en passant par Hong Kong et Minsk, la police anti-émeute utilise souvent des armes dites “non-létales” pour contrôler les foules. Mais pourquoi y a-t-il toujours et encore des manifestants tués et mutilés ?

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS