Choléra au Cameroun : HRW appelle à protéger les détenus

Les autorités camerounaises doivent protéger les détenus face à une épidémie de choléra qui se propage dans des prisons “surpeuplées” où “les mesures d’hygiènes sont difficiles à mettre en place”, a exhorté samedi Human Rights Watch (HRW).

“Au moins six détenus de la deuxième plus grande prison du Cameroun (…) à
Douala sont morts du choléra depuis mars”, a souligné HRW dans un communiqué,
évoquant les “craintes” que le bilan n’augmente en raison de “prisons
surpeuplées”.

Conditions d’hygiène “déplorables”

“Nous sommes 50 entassés dans 9 mètres carrés. Il n’y a pas d’eau à boire
et les conditions d’hygiène sont déplorables”, a témoigné un détenu, cité par
HRW.

Les autorités camerounaises doivent “s’assurer que tous les prisonniers
soient détenus dans des conditions humaines et dignes”, a souligné HRW.

Selon le ministre camerounais de la Santé, Manaouda Malachie, 105 personnes
sont mortes du choléra depuis le début de l’épidémie en octobre 2021.

Le choléra “a été jusqu’à présent identifié dans 6 des 10 régions du pays,
dont le Sud-Ouest” anglophone, en proie à un sanglant conflit
séparatiste, selon HRW.

Cette maladie diarrhéique aiguë, due à une bactérie, dont on peut mourir en
quelques heures en l’absence de traitement, réapparaît périodiquement dans ce
pays.

(AFP)

TAGS