Coronavirus : Des chercheurs hongkongais estiment à 40.000 le nombre de cas

Des chercheurs de Hong Kong ont estimé, sur la base de modèles mathématiques, que plus de 40.000 personnes étaient actuellement atteintes du nouveau coronavirus, bien plus que les 2.744 cas annoncés par les autorités, qui ne prennent en compte que les cas formellement identifiés, ont-ils indiqué lundi 27 janvier.

Un agent de santé s’entretient avec un patient dans un hôpital de Shanghai (Photo : Xinhua)

En incluant les personnes qui en sont à la période d’incubation, et qui ne présentent pas encore de symptômes, “le chiffre approchait les 44.000” à la date du samedi 25 janvier , a évalué Gabriel Leung, le chef de cette équipe de chercheurs de l’Université de Hong Kong (HKU), s’appuyant sur des courbes théoriques.

Pic en avril et mai

Il a ajouté que le nombre d’infections pourrait doubler tous les six jours, pour atteindre un pic en avril et mai dans les zones déjà confrontées à une épidémie, tout en reconnaissant que des mesures efficaces de santé publique pourraient diminuer le rythme de contagion.

L’équipe de la faculté de médecine de la HKU est un des centres collaborateurs de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le contrôle des maladies infectieuses.

“Epidémie mondiale”

“Nous devons nous préparer au fait que cette épidémie particulière devienne une épidémie mondiale”, a mis en garde Gabriel Leung. “Des mesures importantes et draconiennes pour limiter les mouvements de population doivent être prises, le plus tôt possible”.

M. Leung a jugé que le confinement des populations dans certaines villes chinoises était “absolument correct” tout en observant que ces mesures “pourraient ne pas être suffisantes pour modifier le cours de l’épidémie dans les autres mégapoles”.

Il redoute notamment que les grandes villes du pays, comme Pékin, Shanghai, Shenzhen ou Canton, où des cas ont été enregistrés, constituent de nouveaux foyers à partir desquels le virus continuera de se propager.
“Nous nous attendons à voir dans ces autres mégapoles des foyers d’épidémie durables”, a-t-il averti. (AFP)

TAGS