Coronavirus : Des craintes sur l’approvisionnement de médicaments en Europe

L’épidémie provoquée par le coronavirus peut potentiellement entraîner des problèmes d’approvisionnement de médicaments en Europe car une “grande partie” des “principes actifs pharmaceutiques” est fabriquée en Asie, a prévenu l’Académie française de pharmacie.

(Photo : Pexels)

L’épidémie de “Covid-19, en Chine, pourrait faire peser une grave menace sur la santé publique en France et en Europe, dans la mesure où 80% des principes actifs pharmaceutiques utilisés en Europe sont fabriqués hors de l’espace économique européen, dont une grande partie en Asie”, juge-t-elle.

“Il faut relocaliser la production des matières premières pharmaceutiques”, plaide donc l’Académie de pharmacie, selon laquelle la “maîtrise de la fabrication des matières premières à usage pharmaceutique est devenue un enjeu stratégique national et européen”.

“On est attentif”

“Du fait de la multiplicité des maillons de la chaîne de production, il suffit d’une catastrophe naturelle ou sanitaire, d’un événement géopolitique, d’un accident industriel, pour entraîner des ruptures d’approvisionnement pouvant conduire à priver les patients de leurs traitements”, rappelle l’Académie.

“On n’a a priori pas de signal d’alarme sur un effondrement de la production mais on est très attentif”, a commenté pour sa part le n°2 du ministère français de la Santé, Jérôme Salomon, mercredi 12 février lors d’une conférence de presse sur l’évolution de la situation liée au coronavirus en France.

“La situation en Chine entraîne des mesures d’endiguement extrêmement forte, avec une réduction d’activité qui concerne l’ensemble des secteurs. On est attentif au plan mondial et européen aux conséquences qu’ont ces réductions d’activité sur le commerce mondial, dont ce secteur important des produits de santé”, a-t-il ajouté.

Pas de pénurie en Europe

Le gouvernement britannique a indiqué être en train d’évaluer l’impact potentiel du virus sur l’approvisionnement en médicaments et matériels médicaux.

Il a demandé aux groupes pharmaceutiques, par mesure de précaution, de conserver quand c’est possible les stocks qu’ils avaient constitués en prévision de possibles perturbations liées au Brexit.

La commissaire européenne chargée de la Santé Stella Kyriakides s’est voulue rassurante, affirmant qu’il n’y avait “pas jusqu’à présent de pénurie de médicaments rapportée” dans l’Union.

Indiquant aussi que “près de 50%” des équipements de protection (gants, masques, combinaisons) étaient produits en Chine, la commissaire a déclaré que le niveau de stocks dans l’UE faisait actuellement l’objet d’une évaluation.

La Commission est “prête à lancer une procédure pour des achats groupés”, a-t-elle souligné. “Nous avons déjà été en contact avec des entreprises dans l’UE pour voir si elles peuvent fournir davantage” d’équipements. (D’après AFP)

TAGS