Coronavirus : Pénurie mondiale d’équipements de protection

Le monde souffre d’une pénurie de masques et autres équipements de protection contre le nouveau coronavirus, a alerté le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Un agent santé s’équipe dans un hôpital de Wuhan (Photo : Xinhua)

“Le monde est confronté à de graves perturbations sur le marché des équipements de protection individuelle. La demande est jusqu’à 100 fois supérieure à la normale et les prix sont jusqu’à 20 fois plus élevés”, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

“Cette situation a été exacerbée par l’utilisation généralisée et inappropriée des équipements de protection individuelle en dehors des soins aux patients”, a-t-il ajouté.

220 millions de masques importés

Le Dr. Tedros a précisé que les stocks sont maintenant épuisés et les arriérés de 4 à 6 mois. Les stocks mondiaux de masques et de respirateurs sont désormais insuffisants pour répondre aux besoins de l’OMS et de ses partenaires.

“L’OMS estime que les intervenants sanitaires d’urgence en première ligne au niveau mondial auront besoin d’environ 7 à 10% de la capacité du marché. Ce pourcentage pourrait être plus élevé pour d’autres fournitures essentielles”, a-t-il souligné.

“Les travailleurs de la santé en première ligne en Chine ont besoin de la plus grande partie des équipements de protection individuelle”, a-t-il fait valoir.

Lundi 3 février, le gouvernement chinois a reconnu avoir besoin d’urgence de masques de protection, de lunettes et de combinaisons pour faire face à l’épidémie de pneumonie virale.

Plusieurs pays, dont la France, le Royaume-Uni, le Japon et la Corée du Sud, ont déjà envoyé des équipements à la Chine, a rapporté une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying.

Du 24 janvier au 2 février, la Chine a importé quelque 240 millions d’articles de fournitures médicales, dont 220 millions de masques, 2,53 millions de combinaisons de protection et 279.000 paires de lunettes, a précisé l’Administration générale des douanes.

Les congés du Nouvel An lunaire

Lorsqu’elles fonctionnent à plein régime, les usines chinoises produisent environ 20 millions de masques par jour, selon le ministère de l’Industrie.

Tian Yulong, du ministère de l’Industrie, a indiqué qu’à l’issue des long congés du Nouvel An lunaire, elles reprennent progressivement leur production et que désormais elles fonctionnent à “entre 60 et 70% de leur capacité”.

Outre le Hubei, plusieurs provinces et villes de Chine ont rendu obligatoire le port du masque alors que les craintes concernant la propagation du virus ne cessent de croître.

Cela comprend la province du Guangdong, la plus peuplée de Chine qui a imposé le port du masque à ses plus de 110 millions d’habitants, ainsi que celles du Sichuan, du Jiangxi, du Liaoning et les villes de Shanghai et Nankin. Au total, ce sont donc plus de 300 millions de personnes qui doivent sortir le visage couvert d’un masque.

La ville de Xiaogan, voisine de Wuhan, épicentre de l’épidémie, a signalé jeudi un manque de 24.000 combinaisons de protection, 60.000 masques, 15.000 lunettes de protection et écrans faciaux, ainsi que d’autres vêtements de protection.

Il est très inhabituel que la Chine reconnaisse son incapacité à faire face à une crise intérieure.
Le seul appel lancé par Pékin à l’aide internationale remonte à 2008, lorsqu’un séisme dévastateur avait fait plus de 80.000 morts et disparus. (Agences)

TAGS