Covid-19 : L’ONU redoute plus de 3 millions de morts en Afrique

Jusqu’à 3,3 millions d’Africains pourraient mourir de la pandémie du nouveau coronavirus, a mis en garde la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), qui demande 100 milliards de dollars.

Une vendeuse porte un masque dans une rue de Dakar (Photo : Xinhua)

“Entre 300.000 et 3.300.000 Africains pourraient perdre la vie à cause du Covid-19, en fonction des mesures prises pour stopper la propagation du virus”, a écrit la CEA dans un rapport publié vendredi 17 avril.

“L’Afrique est vulnérable en raison du manque de lits d’hôpital et de professionnels de santé, de sa forte dépendance à l’égard des importations pour ses médicaments et produits pharmaceutiques, de la faiblesse de ses systèmes d’identité juridique pour le versement de prestations en espèces et, enfin, du fait que ses économies, déjà peu solides, sont incapables de faire face aux coûts de santé et aux conséquences d’un confinement”, explique le document.

“Des bidonvilles surpeuplés et mal équipés”

La CEA rappelle que “56% de la population urbaine (hors Afrique du Nord) est concentrée dans des bidonvilles surpeuplés et mal équipés, et que seuls 34% des ménages ont accès à de simples moyens de se laver les mains”. 

L’agence de l’ONU note aussi que “71% de la population active est employée dans le secteur informel et la plupart de ces employés ne peuvent pas faire du télétravail”.

Elle souligne en outre que “près de 40% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition [et que] de tous les continents, l’Afrique est celui qui a la plus forte prévalence de certaines pathologies préexistantes, comme la tuberculose et le VIH/Sida”.

100 milliards de dollars

Afin de lutter contre la pandémie en Afrique, la commission onusienne appelle le monde à contribuer à hauteur de 100 milliards de dollars.

“Afin de protéger et contribuer à la prospérité partagée du continent, 100 milliards de dollars sont nécessaires pour fournir de manière urgente et immédiate un espace budgétaire à tous les pays afin de répondre aux besoins immédiats des filets de sécurité des populations”, a déclaré Vera Songwe, vice-secrétaire générale de l’ONU et secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique. (Le JD)

TAGS