Covid en Afrique subsaharienne : 67.000 enfants risquent de mourir de faim

Environ 67.000 enfants risquent de mourir de faim en Afrique subsaharienne avant la fin de l’année en raison de l’impact du Covid-19, a averti Save the Children mardi 1er septembre.

Selon l’ONG, l’insécurité alimentaire a été aggravée cette année par une série de chocs dans certaines parties du continent, dont des inondations, des essaims de criquets et une flambée des prix des denrées alimentaires. Et le phénomène a été aggravé par la pandémie de Covid.

“Effets dévastateurs”

“Nous constatons déjà les effets dévastateurs de ce virus sur certaines des personnes les plus affamées du monde”, a déclaré Ian Vale, directeur régional de Save the Children en Afrique orientale et australe, ajoutant qu’“en termes simples, de nombreux parents ne peuvent plus mettre de la nourriture sur la table pour leurs enfants”.

Près de 433 millions de personnes pourraient souffrir de sous-alimentation en Afrique d’ici à 2030, d’après Save the Children.

“Nous voyons déjà plus d’enfants arriver chaque jour dans nos cliniques souffrant de malnutrition, et nous savons que nous n’en sommes qu’au début. Si nous attendons que les cliniques soient pleines, il sera trop tard”, a poursuivi M. Vale, avertissant que la crise alimentaire pourrait tuer des dizaines de milliers d’enfants à moins qu’ils ne reçoivent immédiatement une aide humanitaire.

Avant la pandémie, a indiqué Save the Children, plus de 26 millions d’enfants en Afrique de l’Est et australe souffraient déjà d’un retard de croissance et 2,6 millions de malnutrition aiguë sévère.

En Afrique de l’Ouest et du Centre, a enfin noté l’organisation, près de 15,4 millions d’enfants de moins de cinq ans devraient souffrir de malnutrition aiguë sévère cette année, en augmentation de 20% par rapport aux estimations précédentes. (Xinhua)

TAGS