Covid en Iran : 76 nouveaux morts, craintes de “recrudescence”

Des responsables iraniens ont exprimé leurs inquiétudes samedi 25 avril face à une “recrudescence” des cas de contamination au nouveau coronavirus en Iran, pays le plus touché par l’épidémie au Moyen-Orient.

Des agents désinfectent un marché de Téhéran, en Iran (Photo : Xinhua)

Le ministère de la Santé a annoncé 76 décès supplémentaires qui portent à 5.650 morts le bilan officiel de l’épidémie de pneumonie virale en Iran.
L’Etat a autorisé depuis le 11 avril de nombreux commerces à rouvrir progressivement mais des responsables sanitaires ont mis en garde contre de nouvelles vagues de contamination au virus, dont la propagation a ralenti depuis le début du mois d’avril, selon les chiffres officiels.

“Réouvertures faites à la hâte”

Cité par l’agence de presse Isna, Aliréza Zali, coordinateur de la lutte contre la maladie dans la capitale, a critiqué “des réouvertures faites à la hâte”, estimant que “cela pourrait créer de nouvelles vagues de maladie à Téhéran et compliquer le contrôle de l’épidémie”.

Selon Kianouche Jahanpour, porte-parole du ministère de la Santé, le pays a dénombré un total de 89.328 cas de contamination, dont 1.134 enregistrés au cours des dernières 24 heures, depuis le début officiel de l’épidémie en Iran, en février.

M. Jahanpour a rappelé une nouvelle fois à la population qu’il n’était pas encore question de s’affranchir des règles de distanciation sociale et des consignes d’hygiène.

“Dans certaines provinces, comme Gilan (nord), Qom (centre) et Mazandaran (nord), où nous avons déployé de grands efforts afin de contrôler l’épidémie, nous observons des signes d’une nouvelle recrudescence” des cas, a déclaré à la télévision d’Etat Mohammad Mehdi Gouya, directeur du département des maladies infectieuses au ministère de la Santé.

L’Iran avait annoncé ses premiers cas de nouveau coronavirus à Qom, ville sainte chiite et important centre de pèlerinage.

“Nous constatons une augmentation du nombre de cas, en particulier dans les provinces traditionnellement les plus visitées (par des touristes ou des pèlerins iraniens)”, a ajouté M. Gouya. Les Iraniens peuvent se déplacer depuis une dizaine de jours entre les provinces après une interdiction de plusieurs semaines.

Certains, à l’étranger comme à l’intérieur du pays, estiment que le nombre de victimes de l’épidémie en Iran est sous-estimé. (AFP)

TAGS