Covid : Face à des chiffres records, le Sénégal renforce ses mesures

Le Sénégal a annoncé vendredi 8 janvier ses chiffres quotidiens de décès et de contaminations par le coronavirus les plus élevés depuis le début de l’épidémie.

Une femme porte un masque dans un supermarché de Dakar (Photo : Xinhua)

Le pays a déclaré huit décès et 296 contaminations supplémentaires. Ces deux chiffres constituent des records quotidiens depuis l’apparition de l’épidémie au Sénégal en mars 2020, a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé, le Dr Mamadou Ndiaye.

En dix mois, le Sénégal a recensé 20.672 cas et 446 décès.

La veille, les autorités avaient déjà décidé d’imposer le port du masque dans la rue dans tout le pays pendant trois mois, parmi de nouvelles mesures rigoureuses.

Le port du masque sera obligatoire sur la voie publique, dans les administrations, les commerces, les transports en commun et les véhicules transportant au moins deux personnes, stipule un arrêté du ministère de l’Intérieur.

Couvre-feu

Les autorités ont en outre remis en vigueur un couvre-feu de 21h à 5h depuis mercredi soir dans les régions de Dakar et Thiès qui concentrent presque 90% de tous les cas de contamination selon les autorités.

Ce couvre-feu a suscité des incidents dans la capitale dans la nuit de mercredi à jeudi.
Des groupes de jeunes ont brûlé des pneus, dressé des barricades et lancé des projectiles sur les forces de l’ordre qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogène dans le quartier de Ngor.
“On est nombreux à travailler la nuit”, pestait un habitant. “On cherche à gagner notre vie au jour le jour. Et là, on nous empêche de travailler la nuit” alors que pour un livreur comme lui il est plus facile de travailler tard à cause des encombrements dans la journée.

Un premier couvre-feu avait été instauré en mars 2020 après l’apparition du premier cas. Il avait entraîné des manifestations violentes, avant d’être levé en juin.

“Augmentation fulgurante” des cas

Jeudi, le ministère de l’Intérieur a aussi interdit tous les rassemblements sur la voie publique jusqu’au 17 janvier dans ces deux régions. Il a interdit toutes les réunions publiques et privées, y compris les mariages et les baptêmes. Le ministère des Transports a, lui, restreint la fréquentation des transports en commun.

Après un recul, le Sénégal fait face à une deuxième vague de la pandémie. Le Conseil des ministres a justifié mercredi soir ces mesures par “une augmentation fulgurante des contaminations, des cas sévères, des cas graves et du nombre de décès”.

Le président sénégalais avait justifié mardi soir le rétablissement du couvre-feu en invoquant la recrudescence des cas et le “relâchement général” observé. (Le JD avec AFP)

TAGS