Covid : Record quotidien en Libye avec plus de 1.000 cas

La Libye a officiellement enregistré lundi 7 septembre son plus grand nombre de cas quotidiens de nouveau coronavirus – plus d’un millier – depuis le début de l’épidémie.

Des combattants du GNA portent le masque, à Tripoli (Photo : Xinhua)

“Sur les 4.291 tests effectués dimanche, 1.080 sont positifs”, a indiqué le Centre national de lutte contre les maladies (CDC), entité gouvernementale basée dans la capitale Tripoli (nord-ouest).

Ce dernier bilan porte le nombre total de cas à 18.834, dont 16.376 hospitalisations, 2.162 rétablissements et 296 décès dans ce pays de moins de 7 millions d’habitants.

Pour la troisième semaine consécutive, plus de la moitié des cas – 624 – ont été recensés à Tripoli et dans sa banlieue, où vit plus d’un tiers de la population.

Le CDC a exhorté les habitants des zones où la propagation du virus est la plus rapide à éviter les déplacements hors de leur ville, sauf en cas d’impératifs, “afin de permettre aux équipes de veille épidémiologique de recenser les personnes atteintes et leur entourage”.

Campagne de sensibilisation

Dimanche, il a aussi lancé une campagne nationale de sensibilisation pour insister sur le respect des mesures d’hygiène et de prévention, compte tenu de “l’aggravation rapide de la situation épidémiologique, en particulier à Tripoli”.

Fin août, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’était “alarmée” de l’augmentation rapide des cas en Libye, où la lutte contre la pandémie est notamment compliquée par l’existence de pouvoirs rivaux: le gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu par l’ONU à l’ouest et un pouvoir à l’est incarné par le maréchal Khalifa Haftar.

“Au cours des deux dernières semaines, le nombre de cas confirmés (…) a plus que doublé”, avait indiqué l’organisation. Et avec des “pénuries aiguës” de tests et de laboratoires, “le nombre réel de cas est probablement beaucoup plus élevé”, avait-elle ajouté.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est minée par les conflits politiques et tribaux qui se répercutent sur l’efficacité et la qualité des services publics, notamment sanitaires. (AFP)

TAGS