Crise électorale de 2020 en Côte d’Ivoire : 69 détenus libérés, 9 graciés

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé vendredi 6 août la remise en liberté de 78 personnes détenues depuis 2020 pour leur opposition à son troisième mandat.

Dans un discours prononcé à la veille de la fête de l’indépendance, le chef
de l’Etat a annoncé “la mise sous contrôle judiciaire ou en liberté provisoire
(…) de 69 inculpés détenus suite aux évènements survenus à l’occasion de
l’élection présidentielle d’octobre 2020”.

Il a ajouté avoir accordé “la grâce à neuf personnes condamnées pour des
infractions commises à l’occasion de ces mêmes évènements”. “L’examen de la
situation d’autres personnes encore détenues se poursuit”, a-t-il affirmé.

La crise de 2010-2011 était née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa
défaite à la présidentielle face à M. Ouattara.

Laurent Gbagbo avait été arrêté et poursuivi devant la Cour pénale
internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité, avant d’être
définitivement acquitté en mars dernier et de rentrer en Côte d’Ivoire le 17
juin.

Le 27 juillet, lors de première rencontre avec Alassane Ouattara,
M. Gbagbo avait transmis au chef de l’Etat une liste de 110 détenus
qualifiés de “politiques”.

Dans cette liste figuraient des personnes arrêtées après la crise de
2010-2011, mais aussi des personnes interpellées en 2020 à l’occasion de la
présidentielle et en marge du retour en juin de M. Gbagbo.

(AFP)

TAGS