Dans une prison du Mozambique, des gardiens accusés de proxénétisme

Des détenues de la plus grande prison mozambicaine pour femmes sont régulièrement forcées par des gardiens à se prostituer, pour des passes facturées entre 40 et 200 euros, selon une enquête menée par une ONG locale, Center for Public Integrity (CIP).

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS