Débarquement des 75 migrants bloqués deux semaines au large de la Tunisie

Les 75 migrants sauvés en Méditerranée, et bloqués depuis plus de deux semaines en Méditerranée, ont débarqué mardi 18 juin et rejoint Tunis le lendemain matin, a indiqué l’ONU.

Des migrants sur le pont du Maridive 601

Ils ont été accueillis dans un espace d’hébergement d’urgence mis à disposition par le Croissant-Rouge tunisien.
Une équipe de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fourni les premiers secours et des examens de santé, ainsi que de l’eau et de la nourriture.

Bloqués depuis le 31 mai

Le remorqueur égyptien Maridive 601, qui dessert des plateformes pétrolières entre la Tunisie et l’Italie, était ancré depuis le 31 mai au large de Zarzis, après avoir récupéré les migrants à la dérive, 64 Bangladais, 9 Egyptiens, un Marocain et un Soudanais, dont au moins 32 enfants et mineurs non accompagnés, qui étaient partis fin mai de Zouara (Libye).

Les autorités tunisiennes ont d’abord refusé de les accueillir, exigeant qu’ils acceptent d’être renvoyés dans leur pays avant de les laisser débarquer.

Après le déplacement à Zarzis de représentants de l’ambassade du Bangladesh pour rencontrer ces migrants, ces derniers ont accepté de retourner chez eux, avait indiqué Mongi Slim, président du bureau régional du Croissant-Rouge à Zarzis.

En août dernier, un autre bateau commercial, le Sarost 5, était resté bloqué plus de deux semaines en mer avec les 40 immigrés clandestins qu’il avait secourus. Soucieuses de ne pas créer un précédent, les autorités tunisiennes avaient souligné qu’elles acceptaient ces migrants exceptionnellement et pour raisons “humanitaires”.

Le 10 mai, 16 migrants, majoritairement du Bangladesh, avaient été sauvés par des pêcheurs tunisiens, après le naufrage de leur embarcation ayant fait une soixantaine de morts. Deux d’entre eux avaient décidé de rentrer dans leur pays. (Agences)

L’ACTUALITE DES MIGRATIONS