Des chefs de l’armée birmane sanctionnés par Washington

Les Etats-Unis ont annoncé mardi 16 juillet des sanctions à l’encontre du chef de l’armée et de trois autres responsables militaires birmans pour le “nettoyage ethnique” des Rohingyas, tout en réclamant qu’ils soient tenus de rendre des comptes après leur campagne de violence.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS