Don de véhicules blindés et formation de militaires congolais par les Etats-Unis ? Les deux pays démentent

Deux cents militaires congolais vont-ils être formés aux Etats-Unis grâce à un accord entre les deux Etats, comme l’affirme une publication Facebook partagée des centaines de fois, selon laquelle des véhicules blindés vont aussi être offerts à la RDC? Les deux pays démentent formellement, même si Washington affirme “continuer d’appuyer l’assistance bilatérale axée sur les besoins de sécurité chroniques” dans l’est de la RDC, où des dizaines de groupes armés sont toujours actifs.

“Coopération militaire entre les Etats-Unis et la République démocratique du Congo: Les Etats-Unis offrent des véhicules blindés militaires à la garde présidentielle pour le renforcement de la sécurité du président Félix Tshisekedi. 200 hommes de la garde Républicaine iront en formation accélérée de 3 mois aux Etats-Unis, puis à leur retour 200 autres iront et ainsi de suite”, écrit l’auteur de la publication Facebook partagée près de 500 fois depuis le 16 octobre.

“La sécurité présidentielle doit être assurée par les Congolais”, commente alors un internaute sous la publication. “Les Américains visent leur intérêt”, réagit un autre.

“Nous n’avons aucun accord dans le cadre de la coopération militaire allant dans ce sens”

“Bien que l’armée américaine ne se prononce pas sur les opérations futures, nous pouvons confirmer qu’il n’est pas prévu d’offrir de la formation sur le sol américain à 200 des membres de l’armée congolaise”, a déclaré à l’AFP la capitaine Marcie Mascaro, porte-parole du Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom).

“Aucune formation n’est prévue pour des militaires congolais aux Etats-Unis (…). Nous n’avons aucun accord dans le cadre de la coopération militaire allant dans ce sens-là”, a elle aussi affirmé à l’AFP Jolino Makelele, ministre congolaise de la Communication et porte-parole du gouvernement.

La deuxième fausse nouvelle, c’est celle sur les véhicules blindés que les Etats-Unis auraient offerts à la garde présidentielle pour renforcer la sécurité du président Félix Tshisekedi.

Il s’agit d’une “intox”, affirme Michée Mulumba, assistant personnel du chef de l’Etat congolais.

“C’est sur base de quel accord bilatéral avec la RDC pour que la présidence congolaise puisse bénéficier d’un don des voitures blindées des USA? Non, cette histoire est véhiculée sur les réseaux sociaux par des gens qui sont loin de la réalité”, déclare-t-il.

“Nous confirmons que l’Africom ne fournit aucun véhicule blindé de sécurité au Président de la RDC”, abonde la capitaine Marcie Mascaro, porte-parole de l’Africom.

Au mois de juin, lors de la visite du général de brigade Steven J. de Milliano, de l’Africom, les deux Etats avaient abordé la possibilité de collaborer sur les questions de défense. L’objectif étant de pacifier et stabiliser toute l’étendue du territoire national. Le président congolais a multiplié depuis son investiture en janvier, des appels à une coalition pour lutter contre l’insécurité dans la région des grands lacs africains.

“Nous continuerons d’appuyer l’assistance bilatérale axée sur les besoins de sécurité chroniques de l’est de la RDC, où des dizaines de groupes armés fonctionnent”, a expliqué la capitaine Marcie Mascaro, alors que les relations entre la RDC et les Etats-Unis se sont améliorées entre les deux pays depuis l’investiture de Félix Tshisekedi en janvier dernier.

“Nous sommes toujours venus en aide à nos partenaires africains en formant leurs soldats y compris ceux affectés à la mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), et nous continuerons d’appuyer l’assistance bilatérale axée sur les besoins de sécurité chroniques de l’Est de la RDC, où des dizaines de groupes armés fonctionnent”, a ajouté la capitaine Marcie Mascaro. (AFP)

TAGS