Ebola en RDC : L’épidémie va durer encore des mois

L’épidémie d’Ebola qui sévit dans l’est de la RDC depuis le 1er août et qui a fait 271 morts va encore durer plusieurs mois, a mis en garde le ministre congolais de la Santé.

Un malade est transféré au centre de traitement de Butembo (Photo : John Wessels/MSF)

“Cette épidémie va certainement encore durer quelques mois”, a déclaré le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, lors d’une conférence de presse à Kinshasa, jeudi 6 décembre.

“Chaque fois qu’il y a un cas déclaré par exemple aujourd’hui, vous devez vous dire que l’épidémie va encore durer 60 jours”, a-t-il expliqué.

Depuis le début de l’épidémie, “le cumul des cas est de 458, dont 410 confirmés et 48 probables. Au total, il y a eu 271 décès (223 confirmés et 48 probables) et 146 personnes guéries”, a détaillé le Dr Oly Ilunga.

En outre, “94 cas suspects sont en cours d’investigation”, alors que la maladie a touché 14 zones de santés dont trois en Ituri et 11 dans le Nord-Kivu, a encore rapporté le ministre de la Santé.

Nouveau foyer

Un nouveau foyer a été signalé dans un village de la zone de santé de Komanda, situé à environ 100 km au nord de Beni, où trois patients sont décédés de la maladie, d’après le ministère.

Une équipe de vaccination a été dépêchée sur place.

Jusqu’à présent, “on est parvenu à contenir l’épidémie dans le nord du Nord-Kivu et par rapport aux pays voisins, mais le risque est toujours présent et nous continuons à y faire face”, a poursuivi le ministre.

Pour lui, “tous les efforts sont faits pour continuer à casser la chaîne de transmission de la maladie et à limiter sa propagation”.

L’épidémie dans la région de Beni, à une cinquantaine de kilomètres de l’Ouganda, est “la plus complexe de l’histoire du monde. Sans la longue expérience de nos experts congolais, sans la disponibilité des médicaments thérapeutiques, nous serions probablement dans la trajectoire de l’épidémie de l’Afrique de l’Ouest”, en 2014 qui a fait 11.000 morts, selon le ministre Oly Ilunga Kalenga.

La vaccination a évité des “milliers” de morts, a-t-il aussi avancé. “Aujourd’hui, on a vacciné 38.000 personnes. S’il n’y avait pas les vaccins, la moitié de ceux-là auraient développé la maladie, on serait à des dizaines de milliers de victimes et de morts”, a insisté le ministre. (Le JD avec agences)