En Irak, ces déplacés dont personne ne veut

Certains voudraient revenir mais en sont empêchés, d’autres, ramenés contre leur gré, se retrouvent confrontés à leurs communautés devenues hostiles: les déplacés accusés de lien avec les jihadistes sont aujourd’hui l’encombrant héritage d’une guerre dont l’Irak aimerait tourner la page.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés
TAGS