Gaza : Panser les plaies et reconstruire

La trêve semblait tenir en Israël et à Gaza après l’entrée en vigueur jeudi d’un cessez-le-feu aux contours fragiles, alors que s’organisent l’aide humanitaire d’urgence et les premières discussions autour de la reconstruction de l’enclave palestinienne ravagée par 11 jours de conflit.

Un enfant palestinien à Gaza, mardi 18 mai (Photo : Xinhua)

Profitant de l’arrêt des bombardements, les habitants ont pu sortir se ravitailler et inspecter les dégâts à Gaza. Les secouristes sont toujours à la manoeuvre dans les décombres.

L’escalade de violence entre l’armée israélienne et le Hamas – la quatrième depuis 2008 – a fait 248 morts palestiniens, dont 66 enfants et des combattants, selon les autorités à Gaza.

En Isräel, les salves de roquettes tirées depuis Gaza ont tué 12 personnes y compris un enfant, une adolescente et un soldat, d’après la police.

Deux délégations égyptiennes sont arrivées en Israël et dans les Territoires palestiniens “pour surveiller” le respect du cessez-le-feu, ont indiqué des médias d’Etat égyptiens.

Aide internationale

Environ 6.000 habitants de l’enclave ont perdu leur maison dans les bombardements israéliens sur la bande de Gaza et plus d’un millier d’immeubles ont été endommagés, selon le dernier bilan du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

Samedi, les autorités locales ont commencé les distributions de tentes, de matelas et d’aides alimentaires aux populations déplacées.

“Les écoles peuvent être reconstruites et les routes aussi, la priorité c’est l’aide psycho-sociale dont vont avoir besoin les habitants de Gaza”, estime Sarah Muscroft, la directrice d’OCHA pour les Territoires palestiniens occupés.

Les infrastructures déjà précaires ont aussi été endommagées, notamment les lignes électriques tandis que 800.000 Gazaouis sur les deux millions d’habitants de l’enclave n’avaient “pas d’accès pérenne à l’eau potable”, toujours d’après OCHA.

Le coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Mark Lowcock, a alloué vendredi 4,5 millions de dollars du Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF) pour répondre aux besoins humanitaires “croissants” à Gaza, portant à 18,6 millions de dollars les montants débloqués par les Nations unies en une semaine.

Nourriture, santé

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé lundi 17 mai une aide d’urgence à plus de 51.000 personnes.

“L’un des besoins les plus pressants en ce moment est la nourriture. Le moyen le plus rapide et le plus efficace de leur venir en aide est de leur fournir de l’argent, sous forme de bons d’achat électroniques”, a expliqué Samer AbdelJaber, représentant du PAM et directeur national en Palestine.

Plus des deux tiers des deux millions d’habitants de Gaza souffraient déjà d’insécurité alimentaire avant l’escalade du conflit.

Plus de la moitié de la population, 53%, vit dans la pauvreté et le taux de chômage atteint 45%.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que sept millions de dollars sont requis sur six mois pour répondre à la crise sanitaire.

Selon l’OMS, il est nécessaire d’envoyer dans les territoires palestiniens du matériel de chirurgie traumatologique mais aussi de lutte contre l’épidémie de Covid-19.

“Dans la bande de Gaza, la gravité des blessures met la pression sur un système de santé déjà débordé qui fait face à des pénuries de médicaments et de fournitures médicales, en même temps qu’il bataille avec la pandémie de Covid-19”, a déclaré le directeur de l’OMS en Méditerranée orientale, Ahmed el-Mandhari.

L’organisation souligne que “42 personnels de santé ont été blessés et 24 hôpitaux ou centres de santé ont été endommagés”.

Des dizaines de camions humanitaires chargés de vivres, de vaccins contre le Covid, de produits médicaux, de médicaments, de kits de premiers secours, ont traversé Gaza après la réouverture partielle du point de passage de Kerem Shalom, a indiqué l’ONU.

Le point de passage d’Erez a également été ouvert temporairement.

L’Egypte avait dès lundi 17 mai acheminé une aide médicale d’une valeur de 730.000 euros, comprenait 65 tonnes de “fournitures chirurgicales”, dont “des bouteilles d’oxygène, des seringues, des antibiotiques et de la pommade pour les brûlures”, selon la ministre égyptienne de la Santé Hala Zayed.

La Chine a débloqué une aide d’urgence d’un million de dollars aux Palestiniens, puis un deuxième don du même montant au bénéfice de l’UNRWA, l’agence onusienne d’aide aux réfugiés. La Chine va aussi expédier 200.000 doses de vaccins contre le Covid-19.

Reconstruction

Le ministre égyptien des Affaires étrangères a indiqué avoir reçu un appel de son homologue israélien pour discuter des mesures nécessaires afin de faciliter les opérations de reconstruction de Gaza.
L’Egypte a décidé de consacrer 500 millions de dollars d’aide.

“L’Egypte va fournir 500 millions de dollars pour la reconstruction dans la bande de Gaza après les événements récents, avec des entreprises égyptiennes pour mener les travaux”, a promis le porte-parole de la présidence égyptienne.

Le Koweït a lui lancé vendredi une collecte de fonds sur Internet pour reconstruire Gaza. Près de 2 millions de dinars (environ 6,65 millions de dollars) provenant de plus de 48.000 personnes ont été collectés au cours des premières heures de la campagne.

Le sujet de la reconstruction dans l’enclave dirigée par le mouvement islamiste Hamas – considéré comme terroriste par Israël, l’Union Européenne et les Etats-Unis – est aussi pour Washington un levier diplomatique.

Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche son intention de mettre en place une aide financière “majeure” avec l’aide de la communauté internationale pour “reconstruire Gaza” mais “sans donner au Hamas l’opportunité de rebâtir son système d’armement”.

(Le JD)

TAGS