La Centrafrique reconnaît des exactions de rebelles, de militaires et d’“instructeurs russes”

La Centrafrique a reconnu vendredi une partie des accusations formulées en mars par l’ONU notamment sur des crimes et actes de torture, commis “majoritairement” par des rebelles mais aussi des soldats centrafricains et leurs alliés “instructeurs russes”, a annoncé le ministre de la Justice.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS