La corruption augmente à Madagascar, selon Afrobaromètre

Plus de 76% de la population de Madagascar perçoivent une corruption grandissante dans le pays, selon les résultats d’une enquête d’Afrobaromètre, publiés mardi 19 février à Antananarivo.

“Madagascar est en proie à des phénomènes de corruption grandissante et cela concerne notamment les autorités administratives et judiciaires, les premiers qui sont pointés du doigt”, a commenté Laetitia Razafimamonjy, coordinatrice de l’enquête.

Le sondage a été réalisé sur un échantillon de plus de mille adultes entre janvier et mars 2018.

Policiers, gendarmes, juges et magistrats

L’enquête a révélé que “pour 44% de la population, ce sont les policiers et les gendarmes, mais aussi les juges et les magistrats qui sont les plus corrompus à Madagascar”.

41% des Malgaches qui ont eu affaire à la police ont versé un pot-de-vin et 34% ont également dû payer pour avoir une assistance policière.

Par ailleurs, environ 70% des Malgaches disent avoir peur de signaler des actes de corruption de la part des agents du gouvernement, des policiers, ou encore du personnel d’appui dans les écoles et les hôpitaux.

Selon le rapport mondial sur l’indice de perception de la corruption 2018 (IPC) publié par Transparency International en février, Madagascar se trouve au 152e rang sur 180 pays dans le monde. (Xinhua)