La faim poursuit sa progression en Afrique

La faim progresse en Afrique à cause des conditions économiques mondiales difficiles, des changements climatiques et de la flambée des prix des denrées de base, selon un nouveau rapport rendu public jeudi 14 février par les Nations unies.

Le rapport de la FAO et de la CEA publié le 14 février (Photo : FAO)

Le rapport 2018 sur la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique, publié conjointement par la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA) et la FAO, révèle que la prévalence de la sous-alimentation continue d’augmenter sur le continent et touche à présent 20% de sa population.

257 millions d’Africains sous-alimentés

D’après le document, 821 millions de personnes sont sous-alimentées dans le monde, parmi lesquelles 257 millions vivent en Afrique, dont 237 millions en Afrique subsaharienne et 20 millions en Afrique du Nord.
“Comparé à 2015, on compte 34,5 millions de personnes sous-alimentées de plus en Afrique”, indique le rapport.

Près de la moitié de cette augmentation est liée à la hausse du nombre de personnes sous-alimentées en Afrique de l’Ouest, et un tiers en Afrique de l’Est.

Le document montre également que l’insécurité alimentaire dans certains pays africains s’est aggravée à cause des conflits, eux-mêmes souvent exacerbés par les mauvaises conditions climatiques. Des millions de personnes ont ainsi besoin urgemment d’une aide humanitaire.

D’après la secrétaire exécutive adjointe de la CEA, Giovanie Biha, “le rapport tire la sonnette d’alarme pour le continent”. “A ce rythme, l’Afrique ne semble pas sur la bonne voie pour atteindre l’objectif numéro 2 des Objectifs de développement durable (ODD), à savoir Zéro Famine”, a fait remarquer Mme Biha.

“Les économies africaines connaissent une croissance impressionnante, dépassant souvent les 5% au cours de la dernière décennie 2004-2014”, a rappelé Mme Biha, “mais la pauvreté et la famine persistent car la croissance économique n’a pas été intégrée et inclusive”. (Xinhua)