La moitié des foyers d’Ebola ne sont pas détectés, selon une étude

La moitié des foyers d’Ebola qui ont éclaté depuis la découverte du virus en 1976 sont passés inaperçus car ils ne touchaient qu’un tout petit nombre de patients, ont estimé des chercheurs, en soulignant l’importance d’une “meilleure détection”.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com

TOUTE L’ACTUALITE EBOLA