Le Alan Kurdi débarque 125 naufragés en Italie

Le navire humanitaire Alan Kurdi, avec 125 naufragés dont plus de 50 enfants à bord, a débarqué au port italien d’Olbia (Sardaigne), samedi 26 septembre.

Les passagers du Alan Kurdi attendent de débarquer à Olbia, en Italie (Photo : Sea-Eye)

“Depuis samedi après-midi, tous les naufragés sont en sécurité. Il aura fallu 7 jours pour que les migrants puissent toucher terre”, a écrit l’ONG allemande Sea-Eye, qui affrète le Alan Kurdi.

Le Alan Kurdi avait secouru 133 naufragés en Méditerranée, lors de trois opérations samedi 19 septembre. Mardi, les garde-côtes italiens avaient évacué huit personnes – deux femmes, un homme, quatre enfants et un bébé de 5 mois.

Après avoir essuyé un premier refus de l’Italie de les y débarquer mardi, l’Alan Kurdi avait décidé de faire route vers Marseille où il devait “comme prévu se rendre pour procéder à un changement d’équipage et se préparer à une nouvelle intervention” en Méditerranée orientale.
Mais la France avait alors demandé à l’Italie de laisser accoster le bateau.

L’année 2020 est marquée par une recrudescence d’embarcations en Méditerranée centrale, route migratoire la plus meurtrière du monde pour les candidats à l’exil vers l’Europe, venus pour l’essentiel de Libye et de la Tunisie voisine.

Entre début janvier et fin juillet, les tentatives de traversée au départ de la Libye ont augmenté de 91%, comparé à la même période l’an dernier, représentant 14.481 personnes ayant pris la mer. Celles au départ de la Tunisie ont flambé, avec 10.174 personnes concernées, en augmentation de 462%.

Plus de 300 migrants ont péri cette année en tentant la traversée, mais ce chiffre pourrait être en fait beaucoup plus élevé, estime l’Organisation internationale pour les migrations (IOM). (Le JD avec AFP)

TAGS