Le Burkina n’exclut pas de négocier avec les groupes jihadistes

Le Premier ministre burkinabè Christophe Dabiré n’a pas exclu que son gouvernement ouvre des négociations avec les groupes jihadistes, une idée jusque-là rejetée par le président Roch Marc Christian Kaboré.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS