Le commerce des animaux sauvages, un risque croissant d’épidémies

Il y a 17 ans, le virus du Sras, transmis par les animaux, avait mis en lumière la dangerosité de la consommation d’animaux sauvages. L’apparition du nouveau coronavirus en Chine montre, selon des scientifiques, que cette pratique demeure répandue et représente un risque croissant pour la santé humaine.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS