Le nombre de réfugiés camerounais anglophones a augmenté avant les législatives

Les combats entre indépendantistes et armée dans les régions anglophones du Cameroun, exacerbés par les élections législatives et municipales qui ont eu lieu dimanche 9 février, ont poussé 8.000 Camerounais à fuir vers le Nigeria en deux semaines, a affirmé le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR).

“Cela amène la population totale de réfugiés camerounais au Nigeria à 60.000 personnes”, a précisé le HCR dans un communiqué, jeudi 13 février.

Depuis trois ans, les affrontements entre les groupes séparatistes qui réclament l’indépendance des deux régions anglophones, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, et l’armée ont tué plus de 3.000 personnes, et forcé plus de 700.000 autres à fuir leur domicile.

Les indépendantistes avaient interdit aux habitants des deux régions de se rendre aux urnes, et l’armée avait renforcé sa présence.

Un seul incident, des échanges de tirs à proximité d’un bureau de vote, a été rapporté le jour du scrutin, mais plus de cent personnes ont été enlevées dans les jours précédents, d’après Human Rights Watch.

Des hommes politiques avaient été pris pour cible pour les empêcher de participer au scrutin, et des indépendantistes armés ont incendié au moins trois bureaux de l’instance gouvernementale organisant le scrutin, Elecam, entre le 7 janvier et le 2 février.

“Les réfugiés ont décrit des scènes de violence, et certains sont même arrivés à la frontière avec des blessures par balle”, a souligné le HCR.

Selon le Haut-commissariat, avec l’arrivée des nouveaux réfugiés, “il y a un besoin urgent de nourriture, de soins et d’abris”. (AFP)

TAGS