L’OMS pressée de se réformer face aux violences sexuelles

Les principaux donateurs de l’OMS, dont les Etats-Unis et l’UE, ont tapé du poing sur la table vendredi contre la lenteur et le manque de transparence des réformes visant à empêcher les violences sexuelles par ses employés.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés
TAGS