Lutte contre les groupes jihadistes au Sahel : Un travail qui “ne finit jamais”

Les attaques mardi 18 juin dans le nord du Burkina Faso (17 morts) et aux portes de Niamey (2 policiers tués) illustrent à quel point les forces de sécurité nationales ou étrangères au Sahel peinent à enrayer les assauts répétés des groupes jihadistes et l’extension des zones d’insécurité.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com