Plus de 20 personnes, dont 12 civils, tuées au Mali

Douze civils, dont deux femmes et un enfant, et 11 militaires maliens ont été tués dans une série d’attaques mardi 13 octobre dans le centre du Mali.

Près de la frontière burkinabé, une position militaire à Sokoura, dans le cercle de Bankass, “a été attaqué par des individus armés non identifiés” vers 1h du matin, a indiqué dans la soirée le ministère de la Défense, en faisant état d’un bilan provisoire de neuf morts dans les rangs de l’armée.

Un renfort dépêché sur les lieux “est à son tour tombé dans une embuscade au niveau du pont de la localité de Paroukou”, selon le ministère de la Défense. Il précise que deux soldats ont été tués.

“Côté ennemi, 13 terroristes (ont été) abattus et deux véhicules détruits par l’aviation militaire”, selon le ministère de la Défense.

Douze civils, des forains se rendant à la foire hebdomadaire de Bankas, ont été tués au même endroit dans des circonstances encore floues.

Selon une source policière, les forains “suivaient le renfort de l’armée”, se croyant protégés, et ont ensuite été pris pour cibles par des assaillants.

Mais selon un représentant de l’Etat dans la région, le véhicule transportant les civils “se trouvait en premier position”, devant les renforts militaires, dont l’arrivée a “coïncidé” avec l’attaque. Des “échanges de tirs” s’en sont suivis, a-t-il précisé en s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

En tout état de cause, 12 civils ont été tués, dont deux femmes et un enfant, selon la source policière et Oumar Guindo, un représentant des jeunes basé à Bandiagara.

L’armée a également fait état de “10 blessés” et des disparus lors de l’attaque contre les renforts. Ni le ministère, ni l’armée n’évoquent en revanche de victimes côté civil.

“Tous ces bilans sont provisoires”, a insisté l’armée. (AFP)

TAGS