Morsures de serpents : L’Afrique manque d’antivenins

Pour soigner les victimes de serpents venimeux, l’Afrique a besoin d’antivenins efficaces, d’un coût abordable et en quantités suffisantes, ce qui n’est actuellement pas le cas, au grand dam des spécialistes et organisations oeuvrant en première ligne contre les effets ravageurs de ces morsures.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés