Niger : Cinq civils, quatre soldats et 40 “terroristes” tués

Cinq civils, quatre militaires et quarante “terroristes” ont été tués dimanche 11 juillet lors d’une attaque de jihadistes présumés dans la région de Tillabéri (ouest) proche du Mali, a annoncé le gouvernement nigérien.

“Aux environs de 15h, une centaine de terroristes (terme généralement utilisé par les autorités pour désigner les jihadistes, ndlr) à bord de plusieurs dizaines de motos, lourdement armés, ont attaqué le village de Tchoma Bangou”, indique un communiqué du ministère nigérien de la Défense lu à la télévision publique.

“La réaction prompte et vigoureuse” des Forces de défense et de sécurité (FDS), “a permis de repousser l’attaque en infligeant des lourdes pertes à l’ennemi”, selon le ministère.

Du matériel a également été saisi, d’après le ministère, dont “quatorze motos, quatre mitrailleuses, quatre RPG7, douze AK47, et dix (téléphones) Motorola”.

Tchoma Bangou est situé dans le département de Ouallam, dans la région de Tillabéri, frontalière du Mali et du Burkina Faso. Cette région dite “des trois frontières” est régulièrement visée depuis des années par des attaques meurtrières de groupes jihadistes.

En janvier, 70 civils avaient été tués par des jihadistes présumés à Tchoma Bangou et 30 dans le village voisin de Zaroumadareye, administrés par la commune de Tondikiwindi.

Le 24 juin, dix-neuf personnes ont été tuées à Danga Zaouni et à Tolba Koira, des villages de la même commune, selon les autorités.

La région de Tillabéri est placée sous état d’urgence depuis 2017. Pour lutter contre les jihadistes, les autorités ont interdit depuis un an la circulation à moto nuit et jour et ordonné la fermeture de certains marchés soupçonnés d’alimenter “les terroristes”.

(AFP)

TAGS