Niger : Le bilan de l’attaque de Chinagodar s’alourdit à 89 soldats tués

L’attaque contre un camp militaire à Chinagodar, dans l’ouest du Niger, à proximité de la frontière avec le Mali, jeudi 9 janvier, a fait 89 victimes dans les rangs des soldats nigériens, a annoncé  le porte-parole du gouvernement, Zakaria Abdourahame.

Des soldats nigériens à l’entraînement (Photo : Africom)

« Après ratissage, le bilan s’établit de la façon suivante. Côté ami: 89
morts. Côté ennemi 77 morts », a affirmé le porte-parole.

89 corps  ont été enterrés samedi au Carré des martyrs dans l’enceinte de l’escadrille militaire de Niamey, en présence des proches et des frères d’armes des victimes, ont rapporté des sources concordantes.

Le bilan provisoire précédemment communiqué par le ministère nigérien de la Défense faisait état de 25 soldats nigériens tués et de 6 autres blessés dans cette attaque, tandis que 63 terroristes avaient été “neutralisés”.

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque, a rapporté l’organisme américain de surveillance des mouvements extrémistes SITE, citant le groupe ISWAP (Etat islamique en Afrique de l’Ouest).

“Les soldats du califat ont attaqué une base de l’armée nigérienne dans le village de Chinégodar jeudi (9 janvier) (…) Les combats ont duré plusieurs heures”, affirme le communiqué de l’EI qui assure avoir tué “100 éléments” de l’armée nigérienne.

Le camp de Chinégodar, un village nigérien à 10 km de la frontière malienne, situé dans la région de Tillabéri, a été attaqué par “des éléments terroristes venus à bord de plusieurs véhicules et de motos”, a précisé le porte-parole du ministère nigérien de la Défense, le colonel Souleymane Gazobi.

Soutien aérien français

La riposte, avec l’appui aérien combiné de l’armée de l’air nigérienne et des “partenaires”, “a permis d’effectuer des frappes et mettre l’ennemi en déroute hors de nos frontières”, a-t-il ajouté.

Par “partenaires”, le Niger entend souvent des avions de chasse ou drones français positionnés à Niamey dans le cadre de l’opération antijihadiste Barkhane et les drones américains qui surveillent le Sahel en permanence.

“Il faut reconnaître aussi que l’intervention aérienne de nos alliés, notamment français, a été déterminante dans la mise en déroute des terroristes”, a confié une source sécuritaire nigérienne.

L’armée française a confirmé son intervention dans un communiqué : “A la suite de l’alerte donnée vers 13h par les autorités militaires nigériennes, une patrouille de Mirage 2000 est intervenue en appui des forces armées nigériennes en réalisant un show of force (survol basse altitude) qui s’est avéré déterminant pour mettre les terroristes en fuite”. (Agences)

TAGS