Nord-est de la Syrie : Les ONG contraintes de se retirer

Plusieurs organisations internationales, dont MSF et Mercy Corps, ont annoncé leur départ du nord-est de la Syrie, en proie à une offensive turque depuis une semaine.

(Photo : MSF/Archives)

“En raison des opérations militaires turques en cours et de l’instabilité régnant dans le nord-est syrien, (…) MSF a dû se résoudre à suspendre la majorité de ses activités et évacuer tout son personnel international de la région”, a indiqué Médecins sans frontières mardi 15 octobre.
La veille, l’ONG Mercy Corps avait fait part d’une décision similaire.

“Multitude de groupes armés”

“L’extrême volatilité de la situation dans le nord-est de la Syrie a contraint les équipes internationales à se retirer des projets de MSF à Aïn Issa, Al-Hol, Tal Abyad, Tal Tamer, Tal Kocher/Yaroubiyah, Kobané/Aïn Al-Arab et Raqqa”, précise MSF.

“Face à la multitude de groupes armés s’affrontant de part et d’autre, MSF ne peut plus garantir la sécurité de son personnel syrien et international”, explique l’ONG.

Les forces d’Ankara ont lancé le 9 octobre une offensive dans le nord de la Syrie contre les Unités de protection du peuple (YPG, kurdes) et ont depuis pris le contrôle d’une bande frontalière de près de 120 km.

L’offensive a provoqué l’exode de 160.000 personnes, d’après l’ONU.

Lundi, l’organisation internationale Mercy Corps a annoncé “la suspension de ses opérations dans le nord-est de la Syrie et l’évacuation de son personnel international”.

“Bombardements intenses, routes fermées”

“C’est un scénario cauchemardesque”, s’est indigné le directeur-adjoint chargé de la Syrie, Made Ferguson. “Il y a des dizaines de milliers de personnes qui fuient et nous n’avons aucun moyen de les atteindre”.

“Nous ne pouvons pas travailler avec les bombardements intenses, les routes fermées”, et les mouvements sur le terrain des différentes forces en présence, a-t-il ajouté.

L’ONG était engagée dans ce secteur depuis 2014 pour livrer de l’aide humanitaire aux civils.

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a confirmé “des retraits de personnel” menés par certaines ONG avec “une suspension des opérations”, et un transfert en Irak voisin du personnel international.

Le PAM reste

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l’ONU a toutefois déclaré son intention de poursuivre ses activités, reconnaissant des “perturbations” touchant à la livraison dans certaines zones.

Les autorités kurdes en Syrie se sont alarmées de l’arrêt des activités de “toutes” les ONG internationales.
“La situation des déplacés a empiré dans les régions visées par l’agression (turque), avec l’arrêt total de l’aide humanitaire, l’arrêt des activités de toutes les organisations internationales et le retrait de leurs employés”, déplore un communiqué de l’administration semi-autonome kurde.

“Tant que nous n’aurons pas été acceptés par les parties au conflit ni obtenu une assurance de leur part, nous ne serons pas en mesure de reprendre nos activités en toute sécurité dans les zones au sein desquelles les besoins sont importants”, prévient Robert Onus, responsable des activités d’urgence de MSF en Syrie. (Le JD avec AFP)

TAGS