Pékin et Moscou réitèrent leur soutien à Maduro

La Chine a déclaré vendredi 22 février être opposée à une entrée en force de “la prétendue aide humanitaire” américaine au Venezuela, soulignant qu’elle pouvait déclencher un conflit dans le pays, déjà aux prises avec une grave crise politique et économique.

Le géant asiatique est le principal créancier de Caracas, auquel il a accordé pour des milliards d’euros de prêts.
Pékin continue de reconnaître Nicolas Maduro comme l’unique président légitime.

“Si cette prétendue aide humanitaire est envoyée de force au Venezuela, elle pourrait déclencher un conflit et entraîner de graves conséquences”, a averti Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

“Provocation”

“La Chine est opposée à une intervention militaire au Venezuela et à toute action susceptible de provoquer une escalade ou des troubles”, a-t-il affirmé.

La Russie a elle aussi accusé les Etats-Unis de se servir de l’aide comme “prétexte pour une action militaire” visant à renverser le pouvoir du président Maduro.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a dénoncé “une provocation dangereuse d’ampleur inspirée et dirigée par Washington” qui pourrait créer “un prétexte commode pour une action militaire”. (AFP)