Présidentielle en Guinée : Amnesty dénonce la répression des manifestations

A moins de trois semaines de la présidentielle, Amnesty International a dénoncé jeudi 1er octobre la répression des manifestations en Guinée, à l’origine de la mort d’au moins 50 personnes en un an, ainsi que l’immunité dont jouissent les forces de sécurité.

Le contenu de cet article est réservé à nos abonnés. Connectez-vous ou contactez-nous pour un essai gratuit sans AUCUN ENGAGEMENT : contact@lejournaldudeveloppment.com
TAGS