RDC : Un Casque bleu soupçonné d’avoir tué un manifestant à Beni

La Mission des Nations unies au Congo (Monusco) a annoncé l’ouverture d’une enquête sur la mort d’un manifestant tué lors d’un face à face avec des Casques bleus mardi 26 novembre à Beni, dans l’est de la RDC.

La représentante de l’ONU en RDC, Leila Zerrougui (Photo : Monusco)

“Les éléments que nous avons, nous font dire que ce sont les Casques bleus qui sont responsables de la mort de ce jeune homme”, a déclaré le porte-parole intérimaire de la Monusco à Kinshasa, Mathias Gillmann.

Cocktail molotov

“Selon nos informations, un jeune homme s’apprêtait à lancer un cocktail molotov, et un des Casques bleus a apparemment tiré sur lui”, a-t-il ajouté.

“Une enquête devra déterminer les circonstances de ce drame”, selon le communiqué de la Monusco lu par ce même porte-parole pendant la conférence de presse hebdomadaire de la mission onusienne.

Citée dans ce communiqué, la cheffe de la Monusco, Leïla Zerrougui, exprime “sa vive émotion après la mort d’un jeune homme qui aurait été tué dans un échange avec les Casques bleus alors qu’il s’apprêtait à lancer un cocktail molotov”.

Le Casque bleu n’a pas encore été “identifié”, d’après le porte-parole de la Monusco.

Rassemblements anti-ONU

Un jeune homme est mort mardi lors d’une manifestation anti-ONU devant une base civile des Nations unies à Beni, qui avait été saccagée la veille. Une centaine de manifestants ont fait face à des Casques bleus malawites sur les lieux.

Au moins six manifestants ont été tués dans des rassemblements anti-ONU dans la région de Beni depuis le début de la semaine.

Les manifestants accusent les Casques bleus d’assister “passivement” aux massacres des civils dans la région.

Au total, 81 civils ont été tués depuis le 5 novembre dans ces massacres attribués au groupe armé d’origine ougandaise ADF, d’après le dernier bilan du Groupe d’études sur le Congo (GEC) de l’université de New York. (AFP)

TAGS