Soudan du Sud : Trois humanitaires tués dans des violences

La mission des Nations unies au Soudan du Sud a annoncé mercredi 20 mai enquêter sur des rapports faisant état de nombreuses victimes dans des violences communautaires dans le nord-est du pays, où trois humanitaires, dont un agent de MSF, ont été tués.

Un centre nutritionnel de MSF dans l’Etat du Jonglei, au Soudan du Sud (Photo : MSF/Archives)

Des affrontements entre des membres des ethnies rivales Murle et Lou Nuer ont éclaté ce week-end dans la ville Pieri, dans l’Etat du Jonglei, a indiqué la mission dans un communiqué.

“Nos équipes enquêtent sur des rapports indiquant que de nombreuses personnes ont été tuées, blessées”, a indiqué la mission de l’ONU dans le pays, ajoutant que de nombreuses maisons avaient aussi été brûlées.

“Il est difficile de vérifier le nombre des victimes, en raison d’informations, déclarations contradictoires”, a souligné la mission de l’ONU.

MSF suspend ses activités

“Ces violentes attaques contre des civils, qui s’inscrivent dans un cycle de représailles doivent prendre fin”, a demandé l’émissaire de l’ONU au Soudan du Sud, David Shearer.

MSF, qui gère un centre de soins à Pieri, a confirmé la mort d’un de ses employés sud-soudanais et annoncé la suspension de ses activités dans la ville, “jusqu’à ce que nous ayons des garanties pour la sécurité de notre personnel”.

“Nous avons déjà reçu 56 personnes blessées par balles, mais nous craignons que beaucoup d’autres aient été tuées”, a déploré Steve MacKay, responsable adjoint de l’ONG au Soudan du Sud.

Moses Majok Gatluak, un membre de la communauté Lou Nuer, a déclaré que 211 personnes avaient été tuées et 300 autres blessées, sans que ce bilan puisse être vérifié.

Des membres des ethnies Nuer et Murle se battent depuis février dans l’Etat du Jonglei pour l’accès au bétail ou à la nourriture, laissant dans leur sillage des villes détruites et un nombre inconnu de morts et de blessés.

TAGS