Syrie : 19 morts dans l’explosion d’engins laissés par les protagonistes

Dix-neuf civils dont des enfants ont été tués en Syrie depuis le début du mois dans l’explosion d’engins laissés dans des champs, le long des routes ou même dans des bâtiments, a indiqué samedi l’OSDH.

“Dix-neuf civils syriens, dont huit enfants et trois femmes, ont péri par les engins explosifs depuis début novembre, dans les provinces d’Idleb, d’Alep, de Qouneitra, de Deraa, de Hama et de Homs”, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays.

Ces engins explosifs, abandonnés par toutes les parties prenant part au conflit déclenché en 2011, ont tué des centaines de civils et blessé des milliers d’autres ces dernières années.

La Syrie a pour la première fois enregistré en 2020 le plus grand nombre de victimes de mines au monde (2.729 morts et blessés), devant l’Afghanistan, selon un rapport annuel de l’Observatoire des mines, une coalition d’ONG, publié en octobre.

Le Traité d’interdiction des mines, dont la Syrie n’est pas signataire, exclut l’utilisation de mines terrestres qui explosent par contact humain, ainsi que les engins explosifs improvisés (EEI) qui peuvent être activés par la présence, la proximité ou le contact d’une personne.

Le conflit en Syrie a causé la mort d’environ un demi-million de personnes et le déplacement de plus de la moitié de la population.

(AFP)

TAGS