Syrie : Trois agents du CICR en captivité depuis 2013

Le CICR a lancé un appel pour savoir ce qu’il est advenu de trois de ses employés – une infirmière néo-zélandaise et deux chauffeurs syriens – enlevés en Syrie en 2013.

Un véhicule du CICR en Syrie (Photo : CICR)

“Le 13 octobre 2013, jour de l’enlèvement, les trois collègues se rendaient en convoi à Idlib (nord-ouest de la Syrie) où ils devaient fournir du matériel médical à des établissements de soins de la ville, lorsque des hommes armés ont arrêté leurs véhicules. Sept personnes avaient alors été kidnappées, dont quatre avaient été libérées le lendemain”, révèle le CICR dans un communiqué, dimanche 14 avril.

“Louisa était en vie à la fin de 2018”

“Le CICR a su dès le départ que Louisa (l’infirmière néo-zélandaise, ndlr) était aux mains du groupe Etat islamique. Durant toutes ces années, il s’est efforcé sans relâche d’obtenir sa libération, s’adaptant constamment à l’évolution des dynamiques en Syrie. Les dernières informations fiables dont nous disposons indiquent que Louisa était en vie à la fin de 2018. Le CICR n’est par contre jamais parvenu à obtenir des renseignements sur Alaa et Nabil (les chauffeurs syriens, ndlr) et ignore ce qu’il est advenu d’eux”, ajoute le texte.

“Nous appelons toute personne qui détiendrait des informations les concernant à se manifester. Si nos collègues sont toujours en captivité, nous demandons leur libération immédiate et inconditionnelle”, a déclaré Dominik Stillhart, directeur des opérations du CICR.

Louisa Akavi, ressortissante néo-zélandaise, est une infirmière “expérimentée, dévouée et reconnue pour sa force de caractère”, qui avait accompli, avant son enlèvement, 17 missions sur le terrain pour la Croix-Rouge néo-zélandaise et le CICR.

Selon le New York Times, au moins deux personnes l’ont vue en décembre dans une clinique de Soussa, un des ultimes bastions de l’EI, pratiquer des soins dans des cliniques sous leur contrôle.

Le vice-Premier ministre néo-zélandais Winston Peters a affirmé qu’une opération impliquant une équipe basée en Irak était en cours pour la localiser.

En Syrie, le CICR compte 98 expatriés et 580 employés nationaux. (Le JD avec agences)